Au temps des Ducs de Bourgogne

Histoire de l'hôtel-dieu en bref

1443. Nicolas Rolin, le très riche chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon et son épouse, Guigone de Salins érigent les Hospices de Beaune. Il s’agit d’un hôpital destiné à accueillir et soigner les indigents.

Louis XI aurait dit au sujet de Rolin :

 il a fait assez de pauvres dans sa vie pour pouvoir aujourd’hui les abriter !

Le bâtiment remplira cette vocation charitable et médicale jusqu’en 1971. Il est ensuite transformé en musée. Il faut dire que les trésors qu’il renferme justifiaient bien une telle reconversion. Quant à l’hôpital il est transféré sur un site plus adapté et plus moderne à Beaune.

Gargouille toit des hospices de Beaune
Alain Doire - BFC Tourisme
Gargouille et toits vernissés de l'Hospice de Beaune Alain Doire - BFC Tourisme
Visite de l'hôtel-dieu de Beaune
Alain Doire - BFC Tourisme
Visite de l'hôtel-dieu de Beaune Alain Doire - BFC Tourisme
Vitrail de la salle Saint-Louis aux Hospices de beaune
Corinne Vasselet - BFC Tourisme
Vitrail de la salle Saint-Louis aux Hospices de beaune Corinne Vasselet - BFC Tourisme
Sol de la Chapelle des Hospices de Beaune
Alain Doire - BFC Tourisme
Sol de la Chapelle des Hospices de Beaune Alain Doire - BFC Tourisme
Le saviez-vous ?

Anecdote historique

Les sœurs des hospices de Beaune ont participé à la Résistance. Prenant de gros risques, elles ont caché des prisonniers et aidé des résistants. L’un d’eux, Maurice Drouhin, était par exemple menacé par la police allemande. Grâce à un réseau de souterrains datant du XIIIe siècle, il a trouvé refuge aux Hospices.

 

Site touristique majeur

Visite du musée et de ses trésors

L’extérieur

Véritable chef d’œuvre d’architecture, la façade gothique dépasse en beauté et en majesté tous les établissements comparables. Elle est le témoin remarquable d’une architecture médiévale inspirée de l’esthétique des Flandres (alors sous domination du duché de Bourgogne). Cette architecture mais aussi les tuiles vernissées de la toiture sont connues dans le monde entier. C’est presque devenu un symbole de la Bourgogne.

L’intérieur

A l’intérieur, le visiteur découvre les salles où étaient soignés les malades (salle des Pôvres et salle Saint-Hugues) dans des loges individuelles. A cela, s’ajoute la visite de la cuisine et l’apothicairerie. Sans oublier toutes les merveilles visibles ici et là : meubles de style, tableaux précieux, tapisseries, poutres polychromes, pots de faïence.

Placé derrière l’autel, le clou du spectacle tout en dorures, rouges et bleus éclatants c’est sans conteste le polyptyque du maître flamand Roger Van der Weyden. Il s’agit d’un retable, c’est-à-dire un tableau composé de plusieurs parties (c’est alors un "polyptyque") . À l’origine, il se trouvait en effet dans la chapelle pour les malades, qui pouvaient l’admirer, ouvert les dimanches et jours de fête, et fermé le reste du temps.

Visitez le musée

 

Evènement

Un musée ET un domaine viticole

Ce site privé tire l’essentiel de ses finances de son prestigieux domaine viticole sur lequel veille une vingtaine de vignerons. La Vente aux enchères des vins des Hospices est du reste l'un des grands moments viticoles bourguignons.

Beaune durant la Vente de vins des Hospices

Visites à proximité : vin et oenotourisme à l'honneur

Impossible de quitter la capitale des vins de Bourgogne sans une dégustation en cave. Et pour les inconditionnels de vins, la Route des Grand Crus vous déroule ses 60 km entre vignobles légendaires et noms de domaines prestigieux. Les plus curieux complèteront par l'Imaginarium pour tout connaître des vins effervescents et le Cassisium pour percer les secrets du cassis.

En résumé
A propos
Gargouille et toits vernissés de l'Hospice de Beaune Alain Doire - BFC Tourisme
Visite de l'hôtel-dieu de Beaune Alain Doire - BFC Tourisme
Vitrail de la salle Saint-Louis aux Hospices de beaune Corinne Vasselet - BFC Tourisme
Sol de la Chapelle des Hospices de Beaune Alain Doire - BFC Tourisme