Balade gourmande en Bourgogne - Chocoladdict

Bec sucré ou bec salé, gourmet ou gourmand, petites ou grandes tables, premiers ou grands crus, la Bourgogne a mille et une façons de rimer avec gastronomie. Je vous invite ainsi à me suivre dans une balade gourmande.

Du marché à l’assiette

Pour se mettre en appétit, rien de tel qu’une visite au marché et aux Halles de Dijon dont les plans ont été conçus par Gustave Eiffel. Ces Halles ont été inspirées du Crystal Palace à Londres et construites pour séparer les différents types d’aliments (poissons, légumes, viandes, volailles). Aujourd’hui  on y trouve des étals de légumes et de fruits de producteurs locaux, de poissons et viandes mais aussi de miel,  de fromages et du vin.

En sortant, j’ai découvert dans une toute petite rue, la devanture du café Chez nous qui existe depuis 1850 et dont le décor a été conservé. J’aurais bien pris un petit noir dans cette institution dijonnaise, ce sera pour une prochaine fois.

Midi avait sonné et mes pas m’ont mené jusqu’au restaurant la maison des Cariatides remarquable d’abord extérieurement avec sa belle façade. On y observe 12 figures antiques, les 12 visages de la famille qui a construit cette maison. Le midi, un menu du marché est proposé avec un choix entre deux entrées, un poisson ou une viande et trois desserts. Une grande cuisine ouverte donne sur la salle et permet d’assister aux dressages des assiettes. Aux commandes de ce restaurant, Angelo Ferrigno, seulement 23 ans et dont le compte Instagram est aussi alléchant que le contenu de ses assiettes. Après un magret de canard servi avec une salade du Pré Velot et une vinaigrette au gingembre puis un Mulet de la Cotinière, céleri rave et émulsion à l’anguille fumée, j’attendais de pied ferme les desserts de Léon Bony. J’ai opté pour le crumble de quetsches, glace à la reine des prés, intriguée par ce parfum floral. Chaud, froid, croquant des fruits juste poêlés et onctuosité de la glace, le mariage était très réussi. J’avoue même n’avoir pas pu m’empêcher de goûter la crème brûlée et de sourire en entendant le doux bruit de la surface caramélisée qui se craquelle sous la cuillère avant de céder.


Plat

Souvenirs gourmands à manger et à boire

Ma promenade digestive m’a mené ensuite de boutiques gourmandes en boutiques gourmandes dans Dijon. La moutarde dans les esprits est intrinsèquement liée à Dijon, c’est même une expression. Je suis donc d’abord rentrée dans la boutique des Moutardes Fallot qui se situe à quelques pas de la célèbre chouette. Une fois à l’intérieur, j’ai été plus que surprise par le choix des parfums proposés et pour pouvoir en déguster plusieurs de retour à la maison, j’ai mis dans ma valise un assortiment de petits pots différents. Le greeter que j’avais rencontré quelques heures plutôt m’avait conseillé la moutarde au chablis, j’ai donc suivi son conseil. Il m’a aussi raconté que le soir, lorsque la nuit est tombée, un hologramme représentant un homme qui fabrique de la moutarde apparait derrière la vitrine.

Toujours dans le centre ville, se trouve la boutique de la moutarde Maille avec sa belle devanture. Tous les 6 mois, Maille propose un parfum spécial qu’on ne trouve que dans ce magasin ainsi qu’à Paris, New York, Tokyo et Londres. Si vous avez des amateurs de moutarde dans votre entourage, c’est donc l’endroit pour un cadeau gourmand.


Moutarderie Fallot

Avis au bec sucré, les spécialités à ne pas manquer en Bourgogne sont le pain d’épice et les nonnettes de Mulot & Petitjean. Ces dernières existent natures ou avec un cœur fruité (cassis, orange, citron) et même chocolaté. Cette fois, j’ai joué la carte 100% bourgogne en ramenant des nonnettes avec un intérieur cassis. Elles ne sont pas restées longtemps dans mon placard.

Après avoir fait le plein de souvenirs gourmands, direction les caves du Domaine Audoin à Marsannay-la-Côte où j’ai compris le travail minutieux et long qui se cache derrière chaque bouteille, observant le pigeage qui consiste à écraser le raisin une ou deux fois par jour pour améliorer sa macération. Chablis, Côte de Beaune, Gevrey-Chambertin, Côte de nuits, que de doux noms liés à la région Bourgogne qu’il est possible de découvrir en empruntant la route des grands crus. Cela a été  l’occasion pour moi de voir quelques parcelles de vignes produisant ces vins mondialement connus et de mieux comprendre la notion de climats.


Vignes

Des produits locaux mis à l’honneur

Le soir venu, je me suis attablée pour le dîner à l’une des tables du restaurant Les Caves Madeleine à Beaune pour un menu spécial dégustation. Ici plus que jamais les produits locaux et les hommes qui les travaillent sont mis à l’honneur par une cuisine sincère et savoureuse. Les assaisonnements ne sont pas là pour cacher la fadeur éventuelle d’un ingrédient mais au contraire pour magnifier tel légume ou aliment. Le pain bio est cuit au feu de bois en fin de cuisson, le salmorejo (soupe froide andalouse) est préparée avec 40 variétés de tomates différentes et chaque cuillère est comme une gorgée de soleil. Jamais je ne me suis autant régalée avec des haricots verts servis croquants avec un sablé de vieux comté (crumble réalisé à partir de farine, comté et parmesan passé au four puis poêlé). Le filet de cannette fermière des Dombes était délicieux avec son bouillon clair et ses légumes du moment. Grâce à Martial Blanchon qui est à la tête du restaurant depuis mai 2014, j’ai goûté ma première crème glacée au foin dans un chaud froid de chocolat Grand cru Valrhona, un final qui a ravi l’accro au chocolat que je suis.

Gastronomie et patrimoine : les « Fantastic Picnic »

Lors de la fête de la gastronomie, la région Bourgogne propose aux bourguignons et bourguignonnes comme aux touristes de passage de participer à un des 54 événements qui s’inscrit dans la manifestation Fantastic Picnic. De nombreux pique-nique sont organisés à cette occasion dans des lieux très variés et étonnants. Dans ce cadre, j’ai déjeuné au Château de Couches. Le cadre est magnifique et avant de passer à table, la visite des lieux est à ne manquer sous aucun prétexte.  Quant au pique-nique en lui-même, il était proposé à travers différentes formules (possibilité d’amener son propre pique nique, ardoises médiévales avec des légumes oubliés). J’ai goûté la version chic préparée par Christophe Leduc, chef à l’Hostellerie le Cèdre (5 étoiles) à Beaune. Au menu bouet de pois-cassés, tortillas façon arboulastre et dessert aux notes d’orange, pain d’épices et eau de rose, le tout accompagné d’une très bonne bouteille de Blason de Vair :  une façon parfaite de conclure cette balade gourmande qui, je l’espère, vous a mis l’eau à la bouche.

 

Offres associées
Maison des Cariatides
Moutarderie Fallot
Boutique Maille
Mulot & Petitjean
Domaine Audoin
Château de Couches
Hostellerie Le Cèdre

Tags :
Cuisine & gastronomie
Tourisme urbain

 

Voir tous les récits de voyage