10 choses que j’aime en Bourgogne - Chocoladdict

Authentique, gastronomique, riche en patrimoine, la Bourgogne a l’avantage d’être à moins de deux heures de Lyon où je vis mais ce que j’aime aussi dans cette région c’est :

 

  1. Me promener dans Dijon en suivant le parcours de la chouette à Dijon

Pour découvrir Dijon sans avoir le nez sur le plan ou sur le gps de votre smartphone, il suffit de suivre le parcours de la chouette à l’intérieur du centre de la ville. Ce circuit se matérialise par des petites et grandes plaques dorées au sol à côté de chaque bâtiment, monument, lieu à ne pas rater. Cela plait aussi beaucoup aux enfants qui s’amusent à chercher la prochaine chouette (il y en a 22) tout en marchant sans jamais râler.

 

  1. Marcher dans les ruelles pavées

Si Dijon est une ville aussi agréable pour moi c’est que l’on peut se balader d’hôtels particuliers en hôtels particuliers, du quartier des antiquaires à la Place de la Libération au panorama incroyable en foulant les pavés (escarpins s’abstenir) et sans être dérangé par les voitures.

 

  1. Admirer les tombeaux des ducs de Bourgogne du musée des beaux arts de Dijon

Je visite rarement en priorité les musées lorsque je suis en voyage mais cela aurait été un tort de passer à côté du musée des Beaux Arts de Dijon. D’abord il est gratuit, il réunit de riches collections sur 14 salles et il renferme des chefs d’œuvre du Moyen Age comme les tombeaux de Philippe le Hardi et de son fils Jean sans peur. Je suis restée en arrêt devant la virtuosité de ces monuments funéraires dont les pleurants et les arcatures sont d’une finesse et d’une minutie exceptionnelles. Après les avoir admirés depuis la salle des tombeaux, je vous conseille d’emprunter l’escalier qui vous permet de surplomber les gisants.

 

  1. Voyager à travers l’histoire en admirant la façade des bâtiments

J’ai adoré écouter les anecdotes sur Dijon d’un greeter passionné par l’histoire et les petites histoires dans la grande Histoire. Grâce à lui, j’ai regardé attentivement les détails des façades des bâtiments. J’ai voyagé au Moyen Âge en entrant dans la cathédrale de Notre Dame et en découvrant sa Vierge Noire, en passant devant la maison Millière puis dans la rue Verrerie. J’ai fait un saut à la Renaissance, en pénétrant dans la cour de l’Hôtel de Vogue au portique si richement décoré avant de lever les yeux vers le Palais des ducs.

 

  1. Contempler les couleurs et les motifs des tuiles vernissés 

Si je devais associer la Bourgogne à une image en particulier, ce serait celle des toits en tuiles vernissées aux motifs géométriques uniques et aux magnifiques couleurs. J’ai pu contempler les toits polychromes de l’Hôtel Dieu de Beaune ou de quelques bâtiments en levant la tête à Dijon et si j’en ai l’occasion j’aimerais beaucoup voir ceux du château de Santenay ou ceux du château de Corton André.

 

  1. Goûter aux produits locaux

Cassis,  pain d’épices, vins, la Bourgogne est riche en produits locaux et réputée pour sa gastronomie.  Impossible pour moi de ne pas ramener dans ma valise quelques pots de moutarde de la boutique Fallot et de nonettes de chez Mulot & Petitjean pour prolonger le voyage.

 

  1. Suivre la route des grands crus

Par deux fois, j’ai eu l’occasion d’emprunter quelques kilomètres de la route des grands crus en Bourgogne et d’embrasser du regard les vignes qui se parent de couleurs chaudes au moment de l’automne.  J’aimerais prendre le temps la prochaine fois de m’y promener à pied, en vélo (ou pourquoi pas en Montgolfière) et en profiter pour m’arrêter dans quelques villages aux noms si prestigieux.

 

  1. Me poser dans la maison d’hôtes des clos de Challengette

A quelques kilomètres à peine de Beaune, j’ai posé mes bagages pour une nuit dans une des maisons d’hôtes du clos de la Challengette. Jackie et Patrick ont réaménagé de vieux bâtiments agricoles en deux maisons d’hôtes et un gîte. Quel bonheur le lendemain matin de se réveiller et d’apercevoir la vigne grimpante aux teintes automnales par la fenêtre de ma chambre puis de descendre dans la salle du petit déjeuner et de découvrir que la propriétaire des lieux avait allumé un feu. Entre l’ambiance très cosy de la pièce et la table généreusement garnie (brioche, pain frais, corbeille de petites confitures, raisins, yaourts, boissons chaudes et froides), j’ai joué les prolongations.

 

  1. Visiter le château de Couches

A l’occasion des Fantastic Picnic, j’ai passé une grande partie de la journée dans le site du château de Marguerites de Couches et j’ai vécu ces moments comme une parenthèse hors du temps. J’ai flâné dans le parc et dans le joli jardin avec ses buis sculptés derrière l’ancien logis (dans lequel habitent actuellement les propriétaires) avant de suivre la visite guidée. Du Donjon aux oubliettes en passant par la chapelle et les souterrains, j’ai plongé avec une joie quasi enfantine dans la vie au Moyen Age à travers des pièces, des objets et des anecdotes rythmant la visite. Le cadre est magnifique, le château étant érigé sur un piton rocheux. Il y a mille et une raisons d’y revenir pour profiter des dégustations de vin, des ateliers pour les enfants ( coiffe médiévale, atelier enluminure, peinture sur vitrail, animations à Noël….) ou poser ses bagages dans une des chambres d’hôtes et se prendre le temps d’une nuit pour une châtelaine.

 

  1. Découvrir la véloroute le long du canal de Bourgogne
Je savais qu’il était possible de naviguer sur le canal de Bourgogne et d’apprécier les paysages de cette région depuis le pont d’un bateau mais j’ai découvert l’existence sur la route du château de Couches , d’un large chemin réservé exclusivement aux véhicules non-motorisés et aux promeneurs. Je m’imaginais déjà revenir avec pique-nique et baskets en famille pour randonner sur un des tronçons de cette véloroute aménégée sur 125 km en côte d’Or.

 

Offres associées
Dijon
Musée des beaux-arts de Dijon
Hôtel-Dieu de Beaune
Moutarderie Fallot
Mulot & Petitjean
Clos de la Challangette
Château de Couches

Tags :
Tourisme culturel
Tourisme urbain

 

Voir tous les récits de voyage