Les canaux et châteaux de Bourgogne

Départ Cosne-Cours-sur-Loire 270 km

Plaisir de la conduite Difficulté - parcours Moto

Attrait touristique Difficulté - parcours MotoDifficulté - parcours MotoDifficulté - parcours Moto

Confort duo Difficulté - parcours MotoDifficulté - parcours Moto



 

Carnet pratique

Téléchargez toutes les informations sur les routes, les étapes et les distances.

Road-book(PDF - 186 Ko)

 

Carte de l'itinéraire(PDF - 476 Ko)





© Michelin - Itinéraire (texte, cartographie et road-book) issu des 90 virées à Moto France 2011

S'il existe une région où le vin fait partie de la vie, c'est bien la Bourgogne ! Au plaisir de découvrir ses vignobles par la route, s'ajoutera celui de profiter des richesses de la région.

Cosne-Cours-sur-Loire > Clamecy

Point de départ de notre parcours bourguignon, Cosne-Cours-sur-Loire est facilement accessible du nord comme du sud par l'A 77-N 7. Prenez d'ailleurs la direction de l'A 77 (sortie 23 à Cosne-Sud) pour trouver la route de Donzy et poursuivre à l'est vers Varzy. A la sortie de Menou, faites un crochet par La Chapelle-St-André pour profiter de quelques virages sur les petites routes de la vallée du Sauzay.

De même après Varzy, au lieu de filer droit sur Clamecy, nous vous proposons un léger détour à partir de Villiers-Le-Sec, pour suivre le cours du Beuvron qui rejoint le Sauzay à Clamecy pour alimenter l'Yonne. Perchée sur un éperon rocheux dominant le confluent, Clamecy, ancienne plaque tournante du flottage de bois, se situe au cœur du pays des vaux d'Yonne, charnière entre le Morvan, le Nivernais et la basse Bourgogne. La cité aux rues étroites et sinueuses vit dans le souvenir d'une histoire riche et originale : « ville des beaux reflets et des souples collines », selon Romain Rolland qui y vécut son enfance. Clamecy est aussi un des plus petits évêchés de France, simplement par la volonté du croisé Guillaume IV, comte de Nevers, qui légua à l'évêché de Bethléem l'hôpital de Pantenor, à Clamecy. Après la chute du royaume latin de Jérusalem en 1225, c'est à Clamecy que se sont réfugiés les évêques de Bethléem, ce dont témoigne la curieuse église Notre-Dame-de-Bethléem, de style oriental mais construite en ciment armé... Quittez Clamecy vers Auxerre.

Clamecy > Coulanges-la-Vineuse

Notre route longe tout simplement au plus près l'Yonne et le canal du Nivernais, à partir de Coulanges-sur-Yonne, vers Châtel-Censoir. La petite route passe d'abord devant le château de Faulin (à droite, ne se visite pas), massive demeure de la fin du 15e siècle. Plus loin, au sommet de la colline de Châtel-Censoir, vous pourrez admirer le chœur roman du 11e siècle de la collégiale St-Potentien, entourée de hautes murailles que l'on franchit par une poterne. De la terrasse près de l'église, jolie vue sur la ville.

Deux méandres plus loin, sur votre droite, les rochers du Saussois, véritable muraille calcaire utilisée comme école d'escalade par les varappeurs et comme lieu de nidification par les faucons pèlerins (d'avril à juin). Encore deux méandres et vous découvrez le site de Mailly-le-Château : cet ancien bourg fortifié est bâti sur un escarpement qui domine l'Yonne. Du coup, la terrasse ombragée au-dessus des remparts offre une jolie vue jusqu'aux monts du Morvan. Pour y accéder, vous franchissez l'Yonne sur un pont datant du 15e siècle en double dos-d'âne et dont une des piles supporte une petite chapelle.

Continuez dans la vallée encaissée jusqu'à Bazarnes. La route monte en ligne droite : au sommet de la côte, regardez à droite le village de Cravant, au confluent de l'Yonne et de la Cure. Le parcours vous mène à Vincelles, puis oblique vers Coulanges-la-Vineuse pour quitter la vallée de l'Yonne et revenir dans la plaine de basse Bourgogne.

Coulanges-la-Vineuse > St-Fargeau

Le nom de Coulanges-la-Vineuse évoque sa tradition viticole, évidente à l'approche du village haut perché et entouré de 135 ha de vignes. La région est encore plus belle en avril, quand les cerisiers sont en fleur, car le vignoble alterne avec des vergers sur les coteaux bordant la vallée de l'Yonne. Ensuite, par Courson-les-Carrières, Ouanne, Toucy et St-Sauveur-en-Puisaye, gagnez le site du chantier médiéval de Guédelon. Bons moments de conduite sur la D 955 entre Toucy et St-Sauveur.

Juste après St-Sauveur-en-Puisaye, l'étang de Guédelon a donné son nom au site d'un projet dément : construire un château fort du 13e siècle, à partir de rien, avec les méthodes et les outils de l'époque ! L'aventure a débuté en 1997 et le château devrait être achevé en 2022... Vous trouverez ici tous les corps de métier, du vannier au carrier en passant par le charretier, le charpentier, la potière, le forgeron, l'essarteur... Pas d'engins de chantier modernes, mais des charrois tirés par des bœufs ou des chevaux. N'hésitez pas à poser des questions aux hérauts du chantier, ils sont là pour vous transmettre leur savoir. Il est d'ailleurs préférable de suivre une des visites guidées, particulièrement vivantes et bien documentées.

St-Fargeau > Gien

En sortant du chantier médiéval, repartez à droite et prenez la 1re à droite : la petite route du Bourdon vous fera longer le réservoir d'eau du même nom. Obligation de rouler doucement sur cette route très fréquentée par les cyclistes. Au bout, vous arrivez directement sur St-Fargeau et son château, qui appartient à l'initiateur du projet de Guédelon. Sous des dehors médiévaux, ce géant de brique rose révèle un intérieur d'une élégance inattendue, qui abrite notamment le musée de l'Aventure du son. En été, vous pourrez assister au spectacle historique de St-Fargeau ou faire un tour à la ferme pédagogique du château pour retrouver ânes, vaches, chèvres et moutons. Pour repartir, ralliez Bléneau, puis Briare.

Après le Moyen Âge de Guédelon et la Renaissance de St-Fargeau, nouveau bond dans le temps avec le pont-canal de Briare. La ville occupe une position clé au débouché de la liaison Seine-Loire. Le canal de Briare fut entrepris dès 1604 à l'initiative de Sully. Près de trois siècles plus tard, la société de Gustave Eiffel réalise la maçonnerie d'un ouvrage d'art exceptionnel pour son architecture métallique et l'ingéniosité de sa conception. Le pont-canal, long de 662 m et large de 11 m, permet au canal latéral de la Loire de franchir le fleuve pour s'unir au canal de Briare. Briare est aussi connue pour sa manufacture de boutons en porcelaine et ses mosaïques de revêtement de sol en céramique, dites « émaux de Briare ». Un musée leur est consacré. De Briare, poursuivez sur Gien pour franchir la Loire.

Gien > Cosne-Cours-sur-Loire

On le sait peu, mais le château de Gien, de briques rouges et noires à toit d'ardoise, est le doyen des châteaux de la Loire (reconstruit peu avant 1500). Il en est aussi le premier par sa position géographique, en lisière de Sologne. Ses bâtiments abritent le musée international de la Chasse. De la terrasse, vue étendue sur la Loire et les toits de la ville, que vous quitterez par le Vieux Pont du 18e siècle vers la rive gauche. Sur la route du retour vers Cosne, ne manquez pas le château de St-Brisson-sur-Loire : des copies de machines de guerre du Moyen Âge sont installées dans les douves, avec démonstrations de tir le dimanche en fin de journée, l'été.

Info complemantaires - parcours MotoEn cas de panne
 Chronovert à Mézilles
Les Perraults des bois - Tel. 03 86 45 49 26